Skip to main content

Agenda de l'IAV HASSAN II

  Domaine :                                          Sciences Économiques et Sociales Appliquées à l’Agriculture. Unité de Recherche :              Sciences Économiques et Sociales Appliquées à l’Agriculture. Intitulé de la thèse :                INFLECHIR LA DEPENDANCE DES VILLES OUEST-  AFRICAINES AUX RIZ IMPORTES : ANALYSE INTEGREE DES CHAINES DE VALEURS DU RIZ LOCAL POUR L’APPROVISIONNEMENT DES VILLES DU BENIN. Membres du jury : Pr Rachid HAMIMAZ, IAV Hassan II, Rabat (Directeur de thèse) Dr Caroline Lejars, CIRAD, France (Co-directrice de thèse) Dr Fréderic LANÇON, CIRAD, France (Membre du comité de thèse) Pr Abdelkader AIT EL MEKKI, ENA, Meknès (Rapporteur) Pr Majid BENABDELLAH, IAV Hassan II, Rabat (Rapporteur) Pr Saad BELGHAZI, Institut National de Statistique et d’Economie Appliquée, Rabat (Rapporteur) Pr Pascal GBENOU, Université d’Abomey Calvi, Bénin (Examinateur) Date :                                         Lundi 12 Avril 2021 à 13h30 Lieu :                              Salle des Conférences, IAV Hassan II, Rabat Résumé:  La présente thèse s’inscrit dans ce débat scientifique en cours sur la capacité des filières rizicoles ouest-africaines à satisfaire la demande de leurs consommateurs urbains devenus plus nombreux et plus exigeants sur la qualité des aliments. Depuis la crise alimentaire de 2008, les pays ouest-africains tentent d’infléchir leur dépendance aux riz importés ; mais dix ans après cette crise, la majorité de ces pays ont vu croître leurs importations de riz pendant que les riz produits localement peinent à se frayer un chemin sur les marchés, les marchés urbains notamment. A partir de l’approche chaine de valeurs, enrichie avec des cadres théoriques et outils analytiques empruntés à plusieurs disciplines notamment l’économie, la psychologie et la sociologie, cette thèse conduite au Bénin s’est fixée comme objectif de comprendre pourquoi l’offre des riz produits localement est si faible sur les marchés urbains et d’identifier des pistes pour améliorer cette offre et faciliter le développement inclusif des chaines de valeurs riz local. Les résultats obtenus montrent que le riz est une denrée consommée quasi-quotidiennement dans les villes béninoises avec une forte dominance des riz importés sur les riz produits localement. Après la crise de 2007/2008, des efforts ont été pourtant mobilisés pour améliorer la qualité et la présentation des riz produits localement afin de les rendre plus compétitifs. Mais avec des efforts focalisés sur les maillons production et transformation sans interaction avec les consommateurs, la majorité des consommateurs urbains ont conservé dans leur esprit l’ancienne image des riz localement produits : « riz remplis de corps étrangers, non calibrés et avec une odeur de basfonds ». Pour augmenter la consommation urbaine des riz localement produits, des stratégies de communication et de marketing axées sur l’intérêt d’acheter localement, la qualité nutritive de ces riz mais aussi sur les attributs recherchés par les consommateurs - la propreté du riz notamment- sont nécessaires. Par ailleurs, les indicateurs financiers et économiques calculés révèlent que les chaines de valeurs riz blanc local et riz étuvé local, sont rentables et ont un avantage comparatif par rapport aux importations de riz. La rentabilité économique et financière de ces chaines de valeurs riz local et la forte consommation du riz au niveau des centres urbains, constituent une opportunité pour développer les chaines de valeurs riz local, créer des emplois et surtout limiter les sorties de devises en réduisant les importations rizicoles. Avec la promotion des contrats agricoles entre les acteurs des chaines de valeurs, mais surtout avec l’inclusion des femmes dans ces contrats, le pays est capable d’infléchir sa dépendance et d’assurer un développement inclusif et durable de sa riziculture. 

Domaine:  Sciences Agronomiques et Agro-alimentaires. Unité de Recherche: Paysage et Environnement. Intitulé de la thèse: " Analyse paysagère de l'extension urbaine Hay Mohammadi à Agadir: essai méthodologique". Date et lieu de la soutenance: Mercredi 31 mars  2021 à 10h00 , Salle des Conférences, IAV Hassan II. Membres du jury: Pr Moulay Chérif HARROUNI, IAV Hassan II, CHA, Agadir  (Directeur de thèse) Pr Noureddine BENAOUDA TLEMCANI, IAV Hassan II, Rabat (Membre du comité de thèse) Pr Atmane HNAKA, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Agadir  (Membre du comité de thèse) Pr Noureddine KOUDDANE, Faculté des Sciences, Oujda (Rapporteur) Pr Salma DAOUD, Université Ibn Zohr, Faculté des Sciences, Agadir (Rapporteur) Pr Khalid EL HARROUNI, Ecole Nationale d'Architecture, Rabat (Rapporteur)   Résumé : Cette thèse est un essai méthodologique pour l’application d’une approche analytique au paysage urbain. L’étude bibliographique étendue a permis de passer en revue les différentes notions de paysage et à en élargir la compréhension pour éviter la confusion du terme avec la nature ou les espaces verts. Le concept est en effet plus large intégrant, en plus de sa composante esthétique (sensible), des aspects écologiques, socioculturels, éthiques et politiques. Cette revue de la littérature a aussi montré la nécessité d’accepter la notion de paysage urbain et de donner l’importance à la conception de la ville en termes de paysage. Elle permet aussi de comprendre la relation que les hommes entretiennent avec leurs paysages quotidiens et l’influence de la composante visuelle et sensible sur leurs comportements et sur l’appropriation des espaces. Afin de mettre en application les outils de l’analyse paysagère de l’espace urbain, le travail de terrain a été consacré à l’étude du cas de Hay Mohammadi, une extension urbaine de 465 ha dans la ville d’Agadir, conçue pour abriter 100.000 habitants. L’analyse paysagère de cette agglomération et de ses franges périurbaines a permis de comprendre l’influence de différents facteurs géométriques et organisationnels (volumes, formes, densités, hauteurs du bâti, etc.) ainsi que d’éléments d’ambiance (Echelle, textures, couleur, etc.) sur la qualité des paysages produits et sur leur perception. Cette analyse a permis également de comprendre l’interaction entre la ville et son environnement immédiat et le débordement du paysage urbain de ces limites administratives. Elle a dévoilé que les paysages de l’extension souffrent de plusieurs problèmes d’ordre visuel, fonctionnel, sanitaire et identitaire liés justement au manque de considération du paysage dans la conception urbaine et de l’absence d’une réflexion sur l’articulation entre le quartier et son environnement. L’implication de la population locale dans le processus de qualification des paysages est indispensable pour accéder au savoir vernaculaire et à l’expérience sensible du paysage tel que vécu au quotidien par l’usager. L’analyse des entretiens et de l’enquête réalisés auprès des usagers a montré qu’il existe certains handicaps à la sensibilisation au paysage et qu’il est difficile d’en parler du paysage alors que d’autres besoins plus essentiels n’ont pas encore été satisfaits. Malgré cette difficulté, le besoin pour des paysages urbains de qualité est explicitement exprimé par les habitants qui ne sont pas complètement insensibles à la composante paysagère de leur quartier. L’enquête a démontré et que les usagers sont capables de reconnaitre plusieurs atouts et contraintes paysagères de leurs espaces de vie. Comme le plan d’aménagement a réservé des espaces d’assez grandes étendues pour la plantation et les loisirs, les résultats de l’analyse paysagère du quartier ont été utilisés pour faire des propositions d’esquisses pour leur aménagement paysager, c’est-à-dire qui prenne en compte la dimension paysagère. Cette thèse est une contribution pour sensibiliser à la prise en compte du paysage dans la pratique de l’urbanisme et de l’architecture au Maroc. C’est aussi une sensibilisation à la question du paysage dans la ville et dans ses périphéries.